Roadtrip en Ecosse partie 3 – Isle of Skye

Bonjour à tous !

Prêts à découvrir un joyau écossais ? L’île de Skye vous tend les bras !

Pour savoir comment nous en sommes arrivés là :

Bon en fait je vais noircir un peu le tableau d’entrée.

capture-decran-2016-09-21-a-14-36-47

 

Skye, absolument tout le monde, (que se soit, dans les guides, sur internet ou en direct, avec de vrais gens qu’on peut toucher) nous en a parlé : des étoiles pleins les yeux.

L’île de Skye étant pour tous, le truc à ne pas louper, le condensé de ce qui se fait de plus beau en matière de paysages écossais, la quintessence en somme. Du coup, on l’attendait de pied ferme.

 

imgp4819

Nous y avons passé 4 nuits, histoire d’avoir le temps d’en voir un maximum. C’est bien trop court pour apprécier (ou pas) un lieu, somme toute assez vaste, mais suffisant pour se faire une idée. Nous avons fait le tour dans tous les sens, emprunté la majorité des routes/chemins, photographiés toutes les « attractions touristiques »… Et sans dire que nous n’avons pas aimé (comment est-ce possible !), je dirais que nous avons été un peu déçus.

Pour plusieurs raisons :

  • l’île étant devenue un must pour tous les voyageurs, le touriste y est nombreux et se promène en troupeaux de cars. Je pense qu’en hors saison, le charme opère bien plus facilement, pour qui, comme nous, à une âme de misanthrope solitaire.
  • Nous avons, en fait, très vite compris que tous ceux qui nous avaient tant recommandé l’île de Skye, n’ont en fait (pour la plupart) pas mis les pieds au-delà, c’est à dire plus au nord. Ce n’est pas une critique, on n’a pas toujours le temps de faire tout le tour d’un pays. L’île de Skye est pour beaucoup le but du voyage, ils y passent deux jours et redescendent direction Glasgow ou Edinbourg. Et nous en fait, ce qu’on a vraiment le plus aimé en Ecosse, c’est le nord, en gros d’Applecross à Durness (avec Glencoe 😉 ). Ça reste très subjectif bien sûr !

Après, vous allez voir que Skye n’est en aucun cas à rater ! Mais c’est comme un bon film, il suffit que tout le monde en dise du bien pour qu’on soit un peu déçu, notre niveau d’attente a été dopé par les commentaires positifs et se trouve alors un peu trop élevé.

Je vous l’ai bien vendu là non ? ^_^  Mais ne partez pas ! Ça vaut le coup d’œil, je vous assure !

Déjà parce qu’on a vu de beaux moutons :

imgp4842

Ensuite parce qu’on a fait le tour des galeries d’art, et qu’on a dépensé une fortune en poterie, cartes postales et dessins locaux… L’artisanat est top, c’est comme partout en Angleterre, hors de prix, mais ça fait de très beaux cadeaux ou souvenirs.

Voici maintenant quelques points de vues et balades incontournables :

  • Le pont de Sligachan, en plein coeur de l’île, au croisement de l’A87 et de l’A863, vous offre une vue incroyable sur les Black Cuillin, les célèbres montagnes de Skye, dont le point culminant se trouve à 992 mètres d’altitude : le Sgùrr Alasdair est le point le plus haut de l’île. Ça n’a pas l’air haut 992 mètres, mais ces montagnes sont pourtant très impressionnantes (et je viens de Haute-Savoie).

Mais où est Milford ?!

imgp4908petit

  • Portree, (en gaelic Port Rìgh, le port du Roi) est la plus grande ville de l’Île de Skye, 2 500 habitants tout de même, mais ça c’est sans compter les touristes. Ville mignonne mais pas très intéressante à notre sens, elle permet de manger un fish and chips, faire la fameuse photo des maisons pastels sur le port, aller aux toilettes et croiser beaucoup de touristes.

imgp4965

  • Old Man Of Storr :

Après après avoir rechargé nos batteries à Portree (comprendre manger gras sous la pluie), nous avons choisi d’éliminer tout ça avec la rando très connue et très photogénique (mais aussi très boueuse et très venteuse) celle de : Old Man Of Storr.

imgp4997

Un conseil, pour ceux tentés par l’aventure, prévoyez des chaussures de rando et un k-way. Le temps change très rapidement, surtout en Ecosse et surtout sur Skye. Après libre à vous de faire simplement le début du chemin (sur un joli chemin en gravier) en Berluti (si vous saviez le nombre de touristes croisés en petites chaussures de ville au cours de cette balade !), mais on arrive vite aux champs de moutons. Autre conseil, lorsque vous arriverez « au pied » de ce monolithe de 55 mètres de haut, ne vous arrêtez pas tout de suite, poursuivez votre chemin sur la droite, pour avoir une vue incroyable surplombant la baie et le Storr.

C’est un peu raide, d’accord, mais si je l’ai fait, une moule peu le faire. Soyez tout de même prudent, nous avons eu de grosses rafales de vent et de pluie, ça peut surprendre et déséquilibrer par moment.

En plus on se croirait trop dans Tintin et l’île noir !

imgp5043

  • Kilt Rock :

On poursuit au nord, avec beaucoup d’empressement, pour admirer la cascade Mealt, à Kilt Rock. Je ne vous cache pas que nous sommes très déçus… Ce ne doit pas être la meilleure saison pour l’admirer, en plus il n’a pas plu depuis longtemps sur Skye (enfin sauf depuis notre arrivée). Le site tient son nom d’une partie de la falaise, située plus au Nord de la cascade, qui forme de grandes colonnes basaltiques rappelant les plis d’un kilt. La cascade se jette de la falaise pour atterrir 60 mètres plus bas, dans la mer.

imgp5066

Il se fait tard, on cherche un coin ou dormir, si possible un peu abrité du vent (l’aspect moins pratique d’une tente de toit…). Aurélien avait déniché une balade à travers champs, amenant à une cabane de luxe avec un poêle, surplombant la mer et ouverte aux aventuriers, pour y dormir. Une belle surprise non ? Sauf que la « maison » était déjà archi complète ce soir là. Mais on a vu un magnifique arc en ciel et finalement on a trouvé un coin plutôt très chouette pour passer la nuit.

imgp5090

Ciel, une éclaircie !

imgp5107

  • Dunvegan :

Au réveil, on se dit qu’une activité culturelle nous ferait le plus grand bien… Direction le château de Dunvegan, fief du clan MacLeod depuis le XIIIe siècle. Calmez vous, pas de Christophe Lambert à l’horizon. Le château (pas très beau vu de l’extérieur), on ne pourra pas vous en parler (c’est ça d’avoir un chien), mais on a eu la chance de visiter les jardins, autorisés aux chiens 🙂 (Les écossais adorent les chiens, Milford a eu un succès phénoménal !)

Pour la petite histoire, en 2000, le chef de clan des MacLeod a créé un énorme scandale, en mettant en vente pour 10 millions de livres les montagnes Black Cuilin… Bon finalement ça ne s’est pas fait et je ne sais pas comment il a pu payer les réparations du château familial…

imgp5198-fleurs cahteau Dunvegan skye ecosse

  • Stein :

Et puis les activités culturelles, ça creuse ! Alors direction la plus vieille auberge de Skye, à Stein, auberge qui date tout de même de 1790. Plutôt sympa pour manger !

imgp5232

imgp5241

imgp5223

  • Neist Point :

L’après-midi, on file découvrir Neist Point. Le phare, qui se trouve sur la pointe la plus à l’est de l’île, est extrêmement populaire (comprendre blindé de touristes) et pour cause, il offre un panorama plutôt sympa ! Si on a pas le vertige, car pour y accéder, il faut passer par des escaliers assez raides. L’endroit est magnifique ! Parsemés de moutons et de touristes asiatiques.

imgp5256

Quand je dis que le temps change vite !

imgp5304

imgp5370

La route pour accéder au phare est une route à voie unique (comme presque partout dès qu’on quitte les grands axes ou qu’on monte un peu plus au nord en Ecosse), avec un petit côté montagnes russes par moment. 😉 Il ne faut pas rouler trop vite, mais de toute façon, le panorama est tel qu’on n’est pas pressé. Attention à laisser passer les locaux, qui, eux, ont des trucs à faire.

imgp5424

imgp5429

pluiephotos

 

Pour cette photo (prise le lendemain matin), on ne dirait pas, mais j’ai bravé les éléments ! Pluie et vent violent, ne sont pas vos meilleurs alliés (surtout quand vous avez des lunettes). J’aurai voulu faire mieux, notamment avec une pose longue et un effet de flou sur la mer, mais vue les conditions météos, c’était pas trop possible… Une bonne raison pour y retourner !

 

Le soir arrive et cette fois ci, on décide de se payer le luxe d’un camping, d’une douche et d’une laverie ! Quel plaisir de se laver et de se réchauffer dans la buanderie… La vie est faite de plaisirs simples 🙂 On vous recommande Kinloch Campsite, à Milburn, sur la route pour aller à Neist Point (et pas loin de Dunvegan).

 

 

 

 

  • Fairy pools :

Une autre attraction touristique ! Une balade, qui vous fait longer une rivière de montagne, avec en arrière plan les Black Cuilin. On nous l’avait vendu comme ceci :

fairy-pools-isle-skye-scotland

Cette photo n’est malheureusement pas de moi (d’ailleurs impossible de mettre la main sur l’auteur…). On a cherché où avoir ce genre de point de vue… mais visiblement ce n’était pas la meilleure période pour avoir ce rendu…

Enfin nous c’était pas mal non plus ! Qu’en pensez vous ?

fairy pools

Boueux et touristique, mais beau. Mais touristique… 😉

  • Elgol :

Alors pour finir notre voyage sur Skye, je voulais absolument aller à Elgol, un mini village au sud de l’île. Parce que j’avais vu des photos incroyable d’un photographe anglais, et ça m’avait vraiment donné envie. La bonne idée ! Car, le coin était absolument splendide, et surtout, on était seul au monde ! (Enfin avec 3 pécheurs). C’est notre meilleur souvenir de Skye (avec Old Man Of Storr tout de même !). Je crois qu’on a vraiment un problème dès qu’il y a un peu de monde… :-/

imgp5682

imgp5625

Si on a tant aimé cet endroit, c’est peut-être aussi pour ça :

imgp5767

Un dernier bel endroit pour dormir et au réveil, on quitte Skye pour le nord.

imgp5801

skye elgol

Je ne peux pas dire que nous n’avons pas aimé ces quelques jours, l’île est splendide c’est vrai, mais le nord de l’Ecosse est pour nous encore plus incroyable. Probablement parce qu’il est plus sauvage et surtout, parce que personne ne nous en a vendu les mérites sous toutes les coutures… Pour vous faire votre idée, rendez-vous jeudi prochain pour la suite de notre roadtrip !

A très vite 🙂

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 22nd, 2016|Non classé|8 Comments

Happy Tuesday !

Bonjour les petits chamallows fondus !

On est mardi et la semaine dernière, j’étais en Angleterre… A Stratford Upon Avon pour être précise.

Pourquoi ? Petit retour en arrière :

En février je vois passer sur facebook un workshop (une session de formation on va dire) donné par une photographe allemande, que j’adore. Je me dis « wouahou trop cool ! Ah oui mais c’est en Angleterre, dans un bled paumé… pffff la chance qu’ils ont ceux qui vont pouvoir y aller ! nia nia ma vie est nulle nia nia nia… » Et puis dans un éclair de lucidité (qui sont si rares, qu’il fallait que je vous en parle) je me dis que pourquoi ne pas m’inscrire ? Plutôt que de m’apitoyer sur mon sort ? (Bon j’avais encore un boulot à cette époque.)

Ce que je veux vous dire, c’est que prendre cette décision toute bête m’a fait un bien fou. Alors oui ça à un coût, mais j’en ai profité pour rentabiliser le voyage : en améliorant ma technique photographique, en découvrant une ville vraiment très agréable et apaisante, en passant 5 jours avec Suse (mon amie Berlinoise qui sur un coup de tête m’a accompagné), en passant deux jours, dont mon anniversaire, à Londres, et en rencontrant Elke Vogelsang, la photographe très réputée pour ces photos de chiens. 🙂

Alors ça valait le coup de se bouger non ?

Je vous prépare le récit de nos aventures à Stratford Upon Avon (la ville de Shakespeare au passage) et à Londres, mais en attendant voici quelques photos du workshop :

imgp1338

imgp1301

imgp1347-copie

 

 

Je pense commencer une série sur les dents… 🙂

imgp1571

imgp1396

 

Ça vous plaît ? Oui je sais, encore des photos de chiens… Y a encore un peu de boulot sur la netteté, mais je n’arrivais jamais à faire de photos en mouvement de Milford, je suis donc plutôt contente du résultat !

Et puis ça change un peu de Milford (qui revient mardi prochain, ne vous inquiétez pas) et puis on mardi, et le mardi c’est…(en fait ça dépend donc revenez voir tous les mardis, vous pourriez être surpris qui sait ?!).

Bonne semaine à tous !

 

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 20th, 2016|Autres, Les mardis, Photos|8 Comments

Roadtrip en Ecosse partie 2 – direction Skye

Bonjour les petites loutres !

Voici la suite de notre roadtrip écossais. Pour lire la 1ere partie, c’est ici.

Nous quittons donc Oban pour rejoindre Glencoe, par l’A85 puis l’A82. Pour ceux qui aiment les itinéraires détournés, nous vous conseillons de passer par la petite route B8074 (juste après Dalmally) pour rejoindre Bridge of Orchy et l’itinéraire classique. On quitte ainsi la file de camping car qui fait route vers Glencoe, et on profite d’une charmante petite route qui longe la rivière Orchy.

IMGP4242

C’est la première fois que nous allons à Glencoe, un lieu pourtant très réputé, et forcement trèèèèès touristique, mais absolument incroyable. Je ne sais pas si c’est l’Histoire du lieu, les paysages, la lumière ou le whisky (ou tout ça), mais nous avons été scotchés par le coin ! Il y a un je ne sais quoi dans l’air qui rend cet endroit magique.

Et pour cause ! Glencoe est sûrement le glen (vallée profonde) le plus célèbre d’Ecosse, pas pour des raisons très gaies malheureusement… mais pour le massacre qui a eu lieu dans la nuit du 13 février 1692, un épisode sanglant lié aux révoltes jacobites.

En quelques mots, les révoltes jacobites sont une série de soulèvements qui se sont déroulées en Grande-Bretagne et en Irlande 1688 et 1746. Leur but était de ramener Jacques Stuart, VII d’Écosse et II d’Angleterre (le dernier roi catholique de la monarchie britannique, dans un pays à majorité protestante, ça coince), sur le trône dont il a été privé par son beau fils, Guillaume d’Orange (sympa la famille) après la Glorieuse Révolution de 1688. Ces révoltes tirent leur nom du jacobitisme, lui-même issu de Jacobus, l’équivalent latin de Jacques (James en anglais).

Petite restitution historique, parce que c’est toujours bien de savoir où on met les pieds et qu’un peu de culture n’a jamais fait de mal à personne :

Le 27 août 1691, Guillaume d’Orange proposa le pardon à tous les clans qui s’opposaient à lui, #révoltesJacobites, en échange d’un serment à prêter avant le 1er janvier 1692, sous peines de sévères représailles (je ne vous parle pas d’une amende, ça rigole pas à l’époque ! #GameOfThrones)

Les chefs de clans, (« Laird » mot qui a donné « lord » en anglais) demandèrent l’approbation du roi déchu, Jacques II, alors exilé en France #OKLM et qui tarda à répondre (4 mois quand même). Il les autorisa à prêter serment, mi-décembre, soit 15 petits jours avant l’échéance. #AvecLaPosteDévelopponsLaConfiance.

Le chef de clan Alistair MacLain du clan des MacDonald de Glencoe, attendit le 31 décembre pour se rendre à Fort William afin de prêter serment à son tour. #TranquillouBilouPasPressé. Mais le gouverneur de la ville, ne se sentant pas habilité pour une telle tache, l’envoya à Inveraray pour prêter serment #Relou. Sympa quand même, il lui remit une lettre destinée au sheriff d’Inveraray, expliquant qu’il s’était présenté aux autorités avant la fin du délai imparti, et on lui assura qu’il n’y aurait aucune poursuite contre son clan #Méfiance.

MacLain aurait mis 2 heures en Ford fiesta, en comptant la pause café, mais malheureusement pour lui, avec son cheval et dans la neige, il mit trois jours pour atteindre Inveraray. #LesBoules Ce qui nous mène au 3 janvier, un peu short niveau délai (pour rappel le serment devait être prêté avant le 1er janvier…). Et c’est pas fini ! Arrivé à Inveraray, on le fait attendre trois jours de plus avant de rencontrer enfin le sheriff, qui revenait d’une fête de nouvel an. #HangoverDeOuf

Le serment fut enfin prêté, avec donc 6 jours de retards, mais MacLain reçut une nouvelle fois l’assurance de ne recevoir aucune sanction. #LaBonneBlague

Alistair MacLain rentre donc retrouver sa petite famille l’esprit tranquille, mais les pieds gelés #WinterIsComing. A la fin du mois, débarque chez lui un régiment de 120 hommes, sous les ordres du capitaine Campbell (venu officiellement collecter un impôt). En raison de la bonne vieille hospitalité écossaise, ils furent accueillis par l’ensemble du clan MacDonald de Glencoe, d’autant plus que le capitaine Campbell était un parent par alliance d’Alistair Maclain. #OnChoisitPasSaFamille. Le régiment squatte tout de même 15 jours, aux frais de la princesse, lorsque le capitaine Campbell reçut l’ordre (venant du roi Guillaume) de passer le clan MacDonald « au fil de l’épée, tous ceux de moins de soixante-dix ans, afin que ces mécréants soient annihilés, racine et branche ». #Ambiance

Le capitaine Campbell passa la soirée à jouer paisiblement aux cartes avec ses hôtes, et accepta une invitation à dîner d’Alistair MacLain pour le lendemain soir. #NoScrupule

Ce qui nous amène au 13 février, à cinq heures du matin, le massacre débuta. Alistair MacLain fut tué dans son lit, ses fils et d’autres membres du clan purent s’échapper (grâce à l’alerte lancé par certains soldats pourvu d’une conscience. Ils seront plus tard arrêtés mais témoigneront contre leurs supérieurs).

Le clan MacDonald fut poursuivi dans la vallée de Glencoe, 38 hommes furent massacrés. Les soldats brûlèrent leurs maisons, et 40 vieillards, femmes et enfants furent abandonnés dans la neige. Sans toit, nourriture ni feu pour se réchauffer, il n’y eut aucun survivant.

La loi écossaise reconnaît un  type d’assassinat, appelé « murder under trust » qu’on traduit par « meurtre en confiance ». Ce type d’assassinat est considéré comme étant plus grave qu’un meurtre ordinaire.

Un mémorial a été dressé dans le village de Glencoe, à environ 200 mètres de l’endroit où la route traverse la rivière Coe, et chaque année, le 13 février, y est organisée une dépose de gerbe. Des membres du clan MacDonald venus du monde entier assistent à la cérémonie aux côtés des habitants de Glencoe. Le souvenir du massacre est resté vif dans les mémoires et a alimenté les dissensions entre MacDonald et Campbell. Le Clachaig Inn, un pub – hôtel de Glencoe, affiche toujours sur sa porte un signe indiquant « Pas de Colporteurs ni de Campbell », « No Hawkers or Campbells ». #BonneAmbiance

 

Le glen est maintenant un lieu paisible où il fait bon se dégourdir les pattes. En effet, de nombreuses randonnées sont éparpillées dans la vallée, il y en a pour tous les goûts. Et bizarrement Glencoe a récemment été élu comme le glen le plus romantique d’Ecosse. 😉

Jugez par vous même !

 

IMGP4494

imgp4901

Après cette plongée dans l’histoire écossaise, on passe la nuit entouré d’autre campingcaristes très sympas (on teste le whisky, les spirales anti-midges et les campements de fortune pour faire face à la pluie).

IMGP4509 copie

Au matin, on reprend la route, pour rejoindre Fort William, manger dans un pub, « dog friendly » très sympa, le « Grog and Gruel » puis manger une glace sous la pluie (je ne sais pas pourquoi, mais j’adore manger des glaces quand il fait froid et humide, ça doit être mon esprit de contradiction).

 

Ayant la panse bien remplie, on reprend la route, je veux faire un crochet par Glenfinnan, pour admirer le pont menant le Poudlard Express à… et bien… à Poudlard, dans Harry Potter. Une balade où nous avons été assaillis par ces satanés midges. Raaaaah !!!

 

IMGP4558

On continue notre route jusqu’au fameux Eilean Donan Castle. Mais avant ça, on se perd sur une ancienne route immense et splendide ! Route qui se termine en cul de sac, mais peu importe, le trajet en valait mille fois la peine.

imgp4706couleurs

IMGP4629

IMGP4614

 

IMGP4703

IMGP4688

On en a profité pour cloner Milford. 🙂

Et après tout ça on arrive enfin au chateau, le plus photographié d’Ecosse, celui que nous n’avions qu’aperçu depuis la fenêtre de la voiture qui nous avait pris en stop il y a quelques années, Eilean Donan Castle.

Ce château qui date du XIIIe siècle est considéré comme le plus romantique d’Ecosse et peut se visiter quasi dans sa totalité (ce qui vu l’heure tardive, nous ne ferons pas).

IMGP4777

Alors quel est son meilleur profil ? Couleur ou Noir et Blanc ? 🙂

autre

 

La suite de notre voyage, la semaine prochaine. Cette fois ci, nous vous emmenons sur l’île de Skye !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 15th, 2016|Ecosse, Non classé, Photos, Voyages|6 Comments

Happy mardi !

Bonjour à tous !

Ce mardi est peu spécial, car j’ai fêté hier, les 20 ans de Bob.

Ok mais c’est qui Bob me direz vous ?

Bob c’est le cadeau que m’ont fait mes parents pour mes 12 ans, en se disant « De toute façon on est sur qu’il aura crevé d’ici l’été prochain, on pourra partir en vacances peinard ».

Non Bob n’est pas un petit frère, c’est mon poisson rouge !

Et oui il a eu 20 ans hier… (puisque j’ai eu 32 ans hier). Je sais c’est fou. Mes parents se sont bien plantés du coup (surtout que moi ce que je voulais c’était un chien, pas un poisson). Avec le temps je m’y suis attachée, c’est vrai. Du coup j’ai eu envie de vous le présenter, en ressortant de vieux dessins de mon ancien blog :

bobcouleur

bob-et-le-chat

Oui Bob s’est décoloré avec le temps…

20 ans pour un poisson d’aquarium, c’est fou non ? (Non on ne l’a pas échangé 15 468 fois)

Le secret de sa longévité, je vais le partager avec vous : ne vous en occupez pas.

Attention, ça fonctionne bien avec un poisson, moins avec un enfant.

Changer son eau qu’une fois tous les 3 mois et oublier de lui donner à manger régulièrement, c’est mon secret.

 

Alors bon anniversaire à Bob !

Et comme c’est aussi le mien, je ressors un dessin fait pour mes 27 ans (comme quoi je n’avais pas envie de grandir tout ça tout ça…) et pas grand chose n’a changé !

1anniversaire27

 

Bonne semaine à tous et bises d’outre Manche. (je vous raconte ça très vite ! ) 🙂

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 13th, 2016|Non classé|4 Comments

Roadtrip en Ecosse partie 1 – direction Oban

Bonjour à tous,

Voici le récit de notre roadtrip en Ecosse, à cheval entre juin-juillet 2016.

Comme nous voulions partir avec notre chien, nous avons choisi de faire la route en voiture via l’eurotunnel, soit 1 600 km pour un Lyon-Glasgow. Oui c’est long. Nous avons fait une pause à Lille, ville que nous ne connaissions pas, à tort car c’est une ville magnifique, avec une superbe énergie !

La traversée du tunnel sous la Manche se fait vraiment très facilement, en une trentaine de minutes. C’est assez impressionnant d’être dans ces wagons aux sas imposant… Je n’était pas très rassurée ! Le détail qui tue, c’est la 3G sous la mer ! J’ai pu jouer à « devine d’où je t’appelle ? »  « Aude, il est 23h30 ».

IMGP3817

Bref à notre arrivée nous avons trouvé un petit bout de champ pour poser notre tente.

Au réveil on prend l’autoroute direction le nord. On se perd. Beaucoup. On n’a pas de carte d’Angleterre, la connexion internet de mon téléphone ne marche pas à l’étranger et le GPS fonctionne avec une carte pour VTT et cherche à tout prix à nous faire quitter l’autoroute (tu m’étonnes !) et à nous faire passer par les pistes cyclables… On fini par réussir cette fichue traversée, qui par l’autoroute est vraiment inintéressante, fatigante et trèèèèès longue. Mais on arrive entier à la frontière écossaise. 🙂

On trouve un joli chemin perdu près d’une forêt et d’une ruine abandonnée, pour passer la nuit.

IMGP4830

Puis vient la pluie…

Le lendemain, direction Glasgow. Je n’ai pas fait de photos cette année, on connaît bien la ville et cette fois on ne fait qu’y passer pour acheter une carte sim pour pouvoir être reliés au monde entier. Quelques mots tout de même, nous ne connaissions pas encore Edimbourg, donc pas de comparaison possible, mais j’aime beaucoup Glasgow, l’énergie qui s’y dégage, la vitalité, l’atmosphère industrielle, la folie des étudiants, les rues piétonnes qui fourmillent même sous la pluie… C’est une ville vraiment très sympa et dynamique ! (et en pente.)

Pour le moment, on quitte la frénésie de la ville pour les petites routes… Direction le Loch Lomond, puis le port de poche de Crinan.

Voici une carte de notre itinéraire du jour :

Attention, ne sous estimez pas les kilomètres en Ecosse, les routes sont sinueuses et la vue magnifique à chaque virage, on roule donc doucement et on s’arrête souvent ! « Photos Photos !!! » D’autant que plus on monte au nord, plus il y a de route à une seule voie, parsemée de « passing place » pour se croiser.

 

 

 

IMGP4055

IMGP4073

Crinan nous y étions passé en bateau il y a deux ans. C’est le départ (ou l’arrivée hein, ça dépend du sens de départ), du canal de Crinan (qui porte bien son nom). Le canal permet de rejoindre Ardrishaig en passant par 15 écluses (dont  13 manuelles), c’est physique d’amarrer le bateau, ouvrir les écluses, avancer le bateau, amarrer le bateau, fermer les écluses, le tout (souvent) sous la pluie…

Pour en revenir à Crinan, c’est un endroit à mignonerie ++. Je vous invite à vous y balader, à manger un bout au SeaFood Bar, une adresse absolument incontournable !!! Et à visiter la gallery d’art à l’étage (ou apparemment rien n’est à vendre…?!) et ne ratez pas les toilettes, avec une superbe crédence, et de la moquette personnalisée. 🙂

 

IMGP4098

Un petit tour sur le port… C’est si calme, j’adore cet endroit !

IMGP4122

« Oui c’est pas mal… »

 

IMGP4092

IMGP4094

IMGP4105 copie

Oui l’eau à une couleur de dingue et la lumière en cette fin d’après midi un peu orageuse est sublime.

 

Voici notre campsite pour la nuit, au dessus du port, la vue change rapidement au gré des nuages :

IMGP4174

IMGP4131

IMGP4204

 

Au petit matin :

IMGP4198

 

IMGP4210

Il est temps de reprendre la route, on repart en direction de Oban.

Oban, on connaît bien, petite ville au bord de l’eau, il est très agréable de s’y promener le long du port, malgré les nombreux touristes. A ne pas rater, la vue depuis ce que j’appelle le Colisée, la McCaig’s Tower bâtie par le riche banquier philanthrope John Stuart McCaig, entre 1895 et sa mort en 1902. McCaig était un admirateur d’architecture romaine. Ses plans d’origines incluaient un musée et une galerie d’art, mais sa mort a entraîné l’arrêt des travaux, seuls les murs extérieurs ont été construits. La coquille vide de la tour domine donc désormais Oban, et fait office de jardin public doté d’une vue plutôt sympa sur les îles de Kerrera, Lismore et Mull.

 

IMGP4230

La suite très vite avec GlenCoe ! (jeudi prochain, si vous êtes sages)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 8th, 2016|Non classé|6 Comments

Joyeux mardi !

Salut les p’tits cachalots !

Je ne sais pas si c’est la rentrée, ou la cuite d’hier soir, mais ce matin c’est vraiment difficile de garder les yeux ouverts… Se lever à 6h14, c’est vraiment de la torture.

Vous aussi vous avez du mal à faire semblant de travailler, à rester plus ou moins droit pour garder un semblant de dignité face à vos collègues et à hocher la tête au bon moment à la pause café ?

Sachez que certain ont eu une nuit bien pire que la votre… sauf si vous aussi, une limace vous a dessinée un troisième sourcil pendant la nuit.

 

IMGP9887

Alors ce matin, voici mon conseil pour bien continuer la semaine :

IMG_5770

 

Et si vraiment c’est trop dur, vous pouvez toujours copier sur Zach King :

14212686_1233483040018359_2034956366672799083_n

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 6th, 2016|Les mardis, Milford, Non classé|0 Comments

Comment bien réussir son roadtrip (écossais mais pas que) ?

Bonjour à tous !

Jeudi prochain,  je vous mettrai en ligne notre carnet de voyage écossais. Je sais, vous en mourez d’impatience, vous avez la rate fébrile et le cœur qui palpite d’empressement, mais courage, ça arrive. Il y aura plusieurs parties, de quoi vous tenir en haleine tout le mois de septembre, et plus si affinité. J’ai quand même 6 000 kilomètres (et autant de photos) à vous raconter.

Pour vous faire patienter, je vous propose quelques petits conseils pour bien préparer un roadtrip, (en Ecosse ou ailleurs, mais enfin en Ecosse c’est mieux).

Si vous aussi vous aimez, les voyages, les otaries, le soleil (un peu), la pluie (beaucoup), les moutons qui poussent partout comme des champignons, les vaches avec une frange, le mystère, l’antimoustique, les k-way, la lumière, le vert, le bleu, le gris, la brume, la musique qui grince, la bière, les vieilles pierres, les gens sympas, l’aventure, la nature, le calme et les plaids à carreaux alors cet article est fait pour vous.

 

Au sommaire de cet article :

  • 1- Choisissez votre mode de transport ! On veut partir, mais où et comment ? Vaste question, tant de possibilités…
  • 2- Choisissez votre mode d’hébergement, tente, camping, hamac, chez l’habitant ? Là aussi il y a tant de possibilités !
  • 3-  Préparez votre itinéraire. Et oui c’est important et ça permet de voyager en amont 🙂
  • 4- S’organiser ! Pour ne rien oublier, comme l’antimoustique par exemple… dans ce chapitre on abordera aussi la question des midges… et du meilleur moyen de locomotion pour un roadtrip en Ecosse.
  • 5- Une super playlist ! Pour éviter de ne capter que la BBC ou de s’engueuler parce qu’il n’aime pas vos choix… (en même temps Les lacs du Connemara en Ecosse, vraiment ?)

 

C’est parti, suivez le guide !

 ********

1- Choisissez votre mode de transport !

 

Bien sur « roadtrip » sous entend « par la route » mais enfin certains conseils s’adaptent aussi à ceux qui souhaitent partir à la voile, à pieds, à dos de chameau…

 

 

moyen de transport

 

 

Pour notre voyage en Ecosse, nous avons choisi de partir avec notre voiture (et notre chien) et de prendre le tunnel sous la manche. Il a alors fallu traverser toute l’Angleterre par l’autoroute (Ce qui fut long et extrêmement monotone). Vous pouvez aussi prendre le ferry qui, en partant de Belgique, vous permet d’éviter une grande partie de la traversée de l’Angleterre.

eurotunnel

Concernant le voyage avec un chien, avec eurotunnel, pas de souci, on reste dans la voiture avec lui et le trajet dure une trentaine de minutes. Easy ! Concernant la douane, pour le moment le brexit ne change rien, vous pouvez voyager avec votre carte d’identité. Plus de renseignement ici.

Pour voyager au Royaume Uni avec un chien, il vous faut :

  • Une puce électronique ou un tatouage (seulement si tatoué avant le 3 juillet 2011) avec un numéro d’identification
  • Une vaccination contre la rage
  • Un passeport
  • Un traitement vermifuge pris 1 à 5 jours avant le voyage (passeport signé par votre vétérinaire).

 

Par contre ,vous ne pourrez pas voyager avec un pitbull, un japanese tosa, un dog argentin ou un fila brasileiro. 🙁

Plus d’info ici ou ici

 

Notre 1er voyage en Ecosse, comme j’expliquais ici, nous l’avons fait en avion et en stop. Très chouette, mais plus difficile avec un chien ! ^_^

Avec Easyjet ou autre vol low cost, vous pouvez facilement rallier Edimbourg ou Glasgow pour pas trop cher.

stop

 

Pour notre 2e voyage, c’était avion et voilier, le bateau permet d’explorer de façon très différente un pays (surtout la côte en fait). C’est vraiment extraordinaire comme façon de voyager, mais pas adapté à tous et il faut savoir un minimum ce qu’on fait (ce qui n’est pas trop notre cas) et accessoirement, avoir ou louer un bateau.

 

IMGP2855

 

Sinon il y a aussi la location d’un van qui est une solution très pratique !

van

Ce mode de transport, qui est surtout un mode de vie, on connaît bien. On a vécu dans notre van « Zeplein » pendant un an, en Nouvelle-Zélande. Très pratique on peut partir avec beaucoup de bazar ! Comme trois kayaks et du linge sale.

********

2 – Choisissez votre mode d’hébergement

Si vous optez pour le van, pas besoin de se casser la tête !
Mais vous pouvez aussi choisir de dormir en tente / en hamac / en auberge de jeunesse / recroquevillé sur le siège de votre voiture / en bed and breakfast / en couchsurfing (testé en approuvé en NZ, rien de mieux pour faire des 1eres rencontres !)…

tenteHamac

Le camping sauvage est pour nous un vrai plus et même si ce n’est pas toujours simple de trouver un coin, il a l’avantage d’être accepté en Ecosse. En voiture on a plus de marge de manoeuvre pour trouver l’endroit idéal, parce qu’à pied c’est parfois un peu compliqué au pays des lochs pleins de whisky. Les prairies verdoyantes si accueillantes sont en fait, soit clôturées soit marécageuses… vive la tourbe ! Du coup la tente de toit est une bonne idée. Vous pouvez mixer camping sauvage et camping classique, pour ne serait ce que prendre une douche et profiter du wifi. Nous n’avons jamais eu besoin de réserver à l’avance, mais si vous n’avez pas de solution de replis, méfiez vous quand même.

En Nouvelle-Zélande, on se lavait dans les rivières, les sanitaires publics ou de façon assez sommaire… Faut dire qu’il y fait souvent moins froid qu’en Ecosse…!

douche copie

********

 

 

3-  Préparez votre itinéraire

Laisser de la place à l’imprévu, c’est bien ! Ne laisser de la place QUE pour l’imprévu… ça risque surtout de vous faire passer à côté de petites merveilles que vous auriez pu repérer sur internet / le routard / les forums… Comme les colonies de macareux, le café hyper branché de Glasgow, l’expo à ne pas rater… Nous sommes un peu des fous d’itinéraire c’est vrai… Aurélien a passé des heures et des heures à farfouiller sur google map et street view pour repérer des spots où dormir, des chemins tout-terrain (denrées quasi inexistantes en Ecosse), des beaux points de vue… Alors si on avait une idée bien précise des routes à prendre, nous n’avions pas décidé pour autant de dormir tel jour à tel endroit en suivant un programme précis. Nous avions notre itinéraire, après on s’est arrêté là ou nous avions envie et quand on en avait envie.
C’est l’avantage de ne pas être en voyage organisé, on est libre !

tente

Avoir une idée de ce que l’on a envie de voir, une liste des incontournables, permet de ne pas  avoir trop de regrets. Si on peut, c’est encore mieux de se laisser du temps pour vagabonder au hasard des rues, d’essayer cette petite route là à droite qu’on avait pas repéré.
Un de nos meilleur souvenir de voyage, c’est à Venise, la ville est petite c’est donc facile à faire : nous avions repérée un ou deux trucs que nous voulions vraiment voir et pour le reste on s’est perdu de nombreuses fois dans les ruelles labyrinthiques de la ville, c’était merveilleux !

carte

********

 

 

4- S’organiser !

Quand on part pour longtemps et en autonomie, il faut faire des listes ! Vous ne voudriez pas oublier votre chargeur ou votre adaptateur non ? Et surtout, rangez vos affaires de façon à vous y retrouver et étiquetez !
« salle de bain + pharmacie »
« vaisselle + réchaud »
« Bières + gâteaux + antimoustique » (ma caisse préférée)

CaisseRangement

********

 

5- Équipez vous !

La liste est votre meilleure amie. Oui je me répète.

En fonction du pays et de l’époque à laquelle vous allez voyager faites des listes des choses à emmener, et ce plusieurs jours à l’avance, afin d’éviter panique et stress le jour J.

pluie

Les indispensables pour l’Ecosse ?
– de bonnes chaussures de rando (étanches)
– une veste de rando (étanche)
– un duvet bien chaud (étanche… ?)
– de l’antimoustique costaud pour vaincre les midges

Vous ne savez pas ce que c’est qu’un midge ? Pauvres malheureux, laisser moi vous présenter :
Un midge, aussi appelé sandflye en Nouvelle-Zélande ou encore simulie dans nos contrées, est un truc qui vole en famille (très nombreuse) qui à la taille et l’apparence d’un moucheron, mais qui a l’agressivité d’un 49.3.
Les midges sont donc minuscules, se faufilent partout et mordent sans scrupule le moindre millimètre carré de peau qu’il leur passe sous le nez. Pas spécialement douloureux, mais ça gratte énormément…
Ces bestioles peuvent réellement transformer un voyage en cauchemar.

censureMidges

Mais pas de panique, j’ai quelques conseils que je viens partager avec vous :
Les midges n’aiment pas : le vent, le froid, le soleil, les villes.
Une bonne technique consiste donc à visiter l’Ecosse en hiver ou à chercher à rester le plus proche possible du littoral. Heureusement l’Ecosse est un pays venteux, pour le coup c’est une aubaine (pour cuisiner en itinérant, moins).

Pour échapper aux midges plusieurs options s’offrent à vous :
– La tenue d’apiculteur (je ne blague pas).
– Marcher rapidement. Les midges ne sont pas très rapides. Par contre tourner en rond au pas de course, y a mieux comme soirée.
– L’antimoustique force 18 000 (on a acheté le notre en France et il fonctionnait très bien (insect écran pour info) Attention l’antimoustique n’empêche pas les midges de voler autour de vous, voire de gambader sur votre visage, mais ils ne vous piqueront plus.
– Les spirales à brûler. Des écossais rencontrés lors d’un camping sauvage à GlenCoe nous en ont donné une et ça a sauvé notre soirée ! (ça et le whisky). Par contre je refuse de penser à toutes les cochonneries qu’on doit respirer nous aussi…
On a par la suite acheté nos spirales dans un magasin de camping / outdoor à Fort William.

antimidges

Enfin, n’angoissez pas non plus trop à l’avance, cette année les midges ne nous ont embêtés que quelques jours au début du voyage. (Les spirales nous ont sauvé 3, 4 soirées quand même).

Du coup ça me permet de vous faire part de notre réflexion extrêmement poussée sur « le meilleur moyen de voyager en Ecosse » et le gagnant est … roulement de tambour…

drum

Le camper van ! clap clap

Ce moyen de locomotion à l’avantage de vous permettre de tout faire à l’intérieur. Sous la pluie, vous pouvez lire un bouquin, cuisiner un hachis Parmentier à la poêle, siroter un verre de vin, jouer aux cartes, faire la nique aux midges, préparer l’itinéraire du lendemain, trier vos photos, écrire une carte postale à tonton Jacky et dormir.

On peut même gratter la glace à l’intérieur du van, cool non ?

IMGP7949

IMGP6572

 

En tente c’est quand même moins marrant de cuisiner sous la pluie et en se faisant bouffer par les midges, même si comme nous vous avez bricolé un abri des plus distingué. Mais rassurez vous, on a survécu, juste mangé plus de fish and chips que prévu !

 

IMGP4509 copie

 

Et pour cuisiner, voici ce magnifique prototype pour faire fi des rafales de vent : (photo non écossaise)

 

IMG_4097

 

********

 

5- Une super playlist !

Ce sera mon dernier conseil, préparez vous une playlist qui vous donnera le sentiment d’être les rois du monde avec une touche de Kerouac infusée de Thelma et Louise.

Playlist

Et surtout, amusez vous !

Bon voyage !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | septembre 1st, 2016|Non classé|0 Comments

Joyeux mardi de rentrée !

Voilà, on y est : la semaine de la rentrée…

J’ai autour de moi beaucoup d’amis profs qui en plus de la rentrée, ont une « pré » rentrée. Alors si vous êtes déprimés, face à l’immensité vide de votre bureau et de l’année à venir, pensez à eux. Une rentrée ET une « pré » rentrée, pour bien enfoncer le clou y a pas mieux.

Par contre évitez de penser aux vacances de la Toussaint, que vous, vous n’aurez pas. Après on se demande pourquoi on déteste l’éducation nationale…

Mais pour vous remonter le moral, sachez que même si les jours raccourcissent, on a encore de belles soirées barbecue/mölkky devant nous. Alors faites comme Milford, profitez du moindre rayon de soleil, qui sait combien de temps ça va durer.

IMGP9465

IMGP9477

IMGP9556

 

Quant à moi, je regrette mon bureau écossais, même si travailler en doudoune c’est pas des plus pratique.

 

IMGP5172

Bon courage à tous pour la rentrée !

 

 

 

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | août 30th, 2016|Les mardis|0 Comments

3 jours dans la Drôme (2)

 

Salut les ptits chats !

Vous sentez cette odeur ? Une odeur de colle, de taille crayon, de cahier A4, 19 pages à petits carreaux sur fond d’angoisse qui vous sert le cœur ?  Et oui ça sent la rentrée… Et pour ceux qui ne sont pas profs et qui n’en ont rien à faire que la Toussaint soit seulement (ou déjà) dans deux mois,  pour ceux pour qui la perspective des feuilles mortes, d’Halloween ou de l’armistice donnent envie de s’arracher le cœur, d’en faire du hachis et de le donner à manger à son patron, je vous emmène respirer le sud, caresser la lavande, bronzer encore un peu, le temps d’une parenthèse enchantée.

La Drôme du sud… il fait chaud, il fait beau, il fait bon boire du rosé et du vin de noix sur de grandes tablées ombragées… C’est bien d’avoir des amis éparpillés un peu partout non ?

Car après notre nuit étoilée, nous avons mis le cap sur de petits villages incroyablement charmants, en pleine effervescence de 15 aout. Un gros coup de cœur pour Dieulefit (avec un nom pareil, la barre était haute), un village vraisemblablement constitué uniquement de potiers. Après avoir acheté des saucissons, des abricots et de l’ail (la base de toute alimentation saine), direction le village Du Poët-Laval (sérieux ?!) où nous avons rejoint Eyzahut par une piste assez chaotique, bordée de jolis précipices très raides.

 

IMGP8955

IMGP8961

 

Hop, un ptit plongeon ?

IMGP8960

Mais à l’arrivée, une bande de pote et un barbecue, elle est pas belle la vie ?

IMGP8975 copie

Cette photo a été prise au petit dej, d’où la belle robe de chambre d’Alain.

M’enfin c’est pas tout,  il est temps de rentrer… 🙁

 

Avant de se quitter, je voudrai remercier le pilote et son copilote qui ont fait un travail de préparation extraordinaire :

IMGP8908

Fin de la parenthèse, maintenant faut bosser.

 

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | août 25th, 2016|Non classé|2 Comments

Joyeux mardi !

Bonjour à tous !

Pour ce joyeux mardi, on change un peu, pas de photos de Milford…

« Quoi ?!!! Non ?!!! Pas possible ?!!! Elle à enfin compris qu’on s’en fichait complètement de son chien ???!!! »

Presque.

Milford laisse la place à Anouchka.

Pour aujourd’hui seulement, faut pas abuser non plus.

 

N’empêche, elle est pas trop chou ? 🙂

 

IMGP9110

Chou, mais elle n’aime pas trop les câlins de Pierrot.

Par contre avec Aurélien… 😉

IMGP9015

 

Le truc un peu fou fou, c’est qu’Anouchka est une fan des deux roues. Dans sa folle jeunesse, elle était embarqué dans toutes les aventures motorisées de ses maîtres. Je l’imagine très bien, dans la sacoche de réservoir, les oreilles au vent…

 

IMGP8995

IMGP9105

Bon courage à tous, si c’est la rentrée, pour les autres… chut !

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

FacebookTwitterPinterestTumblr
By | août 23rd, 2016|Les mardis, Non classé, Photos|2 Comments